À Aquilée, Festival de Film, l’archéologie raconte l’histoire à travers le spectacle du cinéma

À Aquilée, Festival de Film, l'archéologie raconte l'histoire à travers le spectacle du cinéma

Udine – Un voyage de la Mésopotamie à la Crète, avec un arrêt à des fouilles dans le sultanat d’Oman et en Egypte, les secrets du pharaon Toutankhamon, cela marque l’un des événements les plus attendus de l’été d’aquilée.
Le site de l’Unesco d’Aquilée, qui fête cette année 2200 ans à partir de la fondation organisera du 23 au 26 juillet, la dixième édition de Aquilée Film Festival, le festival du cinéma, de l’art et archéologie, organisé par la Fondazione Aquilée, en collaboration avec le Groupe Viva et Florence Archeofilm.
Pendant le Festival, la place de la Basilique des Patriarches sera transformée en salle de cinéma à ciel ouvert, tandis que le public sera appelé à choisir le lauréat du Prix Aquilée – une mosaïque créée par l’École de la Mosaïque de la région Frioul – sélectionné parmi les films qui représentent le mieux l’international, la production de films à thème historique et archéologique.
Le rendez-vous, pendant les quatre nuits, est de 21 avec entrée libre.

Il commence le mardi, juillet 23, avec une soirée produite en collaboration avec le Ciel Arte. Le public sera invité à s’immerger dans la Venise des années 1500 avec la projection de “le Tintoret – un rebelle à Venise”, conçu et rédigé par Melania Mazzucco, produit par Sky Arts Productions, le Hub et distribué par Nexo Numérique.
Retraçant la vie de l’artiste audacieux et sans repos, le film renvoie le public d’un siècle culturellement luxuriante qui a parmi ses protagonistes, même Titien et de Véronèse, l’éternel rival de Tintoret. C’est l’époque où la république de venise confirme son domaine maritime, devenant l’un des marchands les ports les plus puissants en Europe, bien qu’obligé de s’adresser à la dramatique épidémie de peste de 1575-77 qui laissera une marque indélébile dans le Lagon.
À Venise, déserte, sombre, et spectrale, avec les cadavres des pestiférés le long des canaux, le Tintoret continuera sa grande œuvre, le cycle de peintures dans la Scuola Grande di San Rocco.
La projection du film, suivie par la conversation-entretien avec Roberto Pisoni, directeur de Ciel Arte, et Melania Mazzucco.

Le 24 juillet, le protagoniste de la Fête sera la Mésopotamie, le centre d’une enquête sur le passé et le présent de la terre entre les deux rivières, dirigée par le directeur Alberto Castellani. Pour le film « la Mésopotamie, in memoriam. Notes sur un patrimoine violé » (MediaVenice Communication Venezia 2019) permettra de suivre une conversation par Piero Pruneti avec l’archéologue et universitaire Paolo Matthiae. Toujours le 24 juillet, et les trésors de la Crète, berceau de la civilisation minoenne, entre 3000 et 1400.C. – et le mythe du Labyrinthe sera au centre de la narration « Crète, le mythe du Labyrinthe » (Tournez s’il Vous Plaît Productions, 2018).

Le 25 juillet, à Aquilée Film Festival sera le tour d’Oman, où une équipe de scientifiques français essaient de comprendre comment les habitants ont réussi à prospérer dans un environnement si hostile, la construction de technologies innovantes pour la gestion de l’eau. Le documentaire « l’Oman, le trésor de Mudhmar » (Blanche Guichou, 2017) suit l’équipe de jeunes archéologues pour qui le désert a plus que quelques surprises au cours de cette aventure palpitante au coeur du Moyen-Orient.
Le film sera suivi d’une conversation avec Marcello Barbanera, un professeur d’Archéologie et d’histoire de l’art grec et romain et directeur du musée de l’art antique à l’Université La Sapienza de Rome.
Toujours dans la soirée du 25 juillet, le court-métrage « Vivre parmi les ruines » (Institut Britannique de Ankara, 2017) accompagnent le spectateur dans l’ancienne région de Pisidie, dans le sud-ouest de la Turquie, à la découverte de la difficile relation entre l’archéologie et de la société contemporaine.

Pour clore le Festival sera le vendredi 26 juillet, le film « Toutankhamon les secrets du pharaon, roi guerrier », une production de 2017 signé Clin Production de Films, avec la participation de France Télévisions / France 5, National Geographic, le Canal 5, SBS TV Australie.
L’histoire consacrée à l’incroyable trésor découvert intact près d’un siècle, le plus célèbre pharaon, et a étudié l’histoire, suivie d’une rencontre avec Alberto Angela, un grand ami de la Aquilée Festival du Film. Le gourou incontesté de la diffusion de la science enchantera le public avec les exploits de Cléopâtre, la reine qui ont osé défier Rome à la conquête de l’immortalité.

Parrainé par la ville d’Aquilée, et pris en charge par des Vins de Jermann, l’exposition sera une belle occasion de se souvenir et de découvrir la valeur de notre patrimoine culturel, alliant contenu strictement scientifique avec le spectacle de cinéma.
En cas de pluie, les projections auront lieu à l’intérieur de la Salle Romaine donnant sur la place du Chapitre, où, le jour même de la projection, il sera possible de recueillir des billets en fonction de la disponibilité, à partir de 20.
Toujours sur la place du Chapitre, en collaboration avec la maison d’édition Arbor Sapientiae, sera mis en place une librairie avec un large choix de titres pour les érudits et les amateurs.

Lire aussi:

• À Aquilée, où les trésors du Musée de Kunsthistorisches

Pour en savoir plus, visitez le Canal AQUILÉE sur l’ART.il

À Aquilée, Festival de Film, l'archéologie raconte l'histoire à travers le spectacle du cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *